Paix, démocratie et défense des droits

Alors que les droits et libertés démocratiques sont menacés dans de nombreux pays, les syndicats continuent de jouer un rôle majeur dans la défense de ces principes. L’indice des droits dans le monde de la Confédération Syndicale Internationale (CSI) détaille la hausse du nombre des pays où les conflits, la tyrannie et le manque de gouvernance affectent les libertés et menacent le droit d'association, la syndicalisation, la négociation collective et le droit de grève. Dans ce contexte complexe, et grâce au soutien de nos membres, nous soutenons les pays confrontés aux menaces et considérons que la défense des droits des immigrés et l’élimination de l'esclavage sous toutes ses formes est fondamental pour garantir les droits démocratiques et la liberté pour tous les travailleurs. Nous considérons que la paix repose sur la justice sociale et qu’elle requiert une protection sociale, des salaires équitables et un travail sûr qui garantit les droits fondamentaux et respecte la primauté du droit. La paix, la démocratie, les droits et les libertés sont les piliers de la réalisation des objectifs de développement durable. Les militants syndicalistes ont été toujours sur la première ligne dans la défense des droits humains et la construction de la paix, ce rôle historique doit impérativement être reconnu. Au lieu d'investir dans l'infrastructure sociale pour protéger et renforcer la paix et la stabilité, la course aux armements et les conflits idéologiques sont revenus sur le devant de la scène.

Réglementer les relations des forces économiques

Le monde actuel a une richesse trois fois supérieure à celle d’il y a trente ans et pourtant les systèmes fiscaux ne sont toujours pas en mesure d’atteindre les objectifs pour lesquels ils ont été conçus. En plus des services publics et des systèmes de protection sociale qui se dégradent de plus en plus, le pouvoir illimité des multinationales continue d’impacter le marché du travail, entraînant une augmentation du nombre de personnes contraintes à un travail précaire et informel. Cela s’ajoute aux modèles économiques créés pour contourner les législations nationales, les systèmes fiscaux et la responsabilité de créer de l’emploi. Certains gouvernements vont même jusqu’à entrer en conflit avec les contribuables afin de fournir l’argent nécessaire à ces géants économiques dans leurs pays. L’accroissement du monopole de ces entreprises a accentué les répressions contre le travail syndical et les négociations collectives. Seule une approche réglementaire spécifique aux niveaux national et international permettra d'apprivoiser cette force institutionnelle et financière et de garantir les droits de tous. C’est dans cet esprit que la CSA a mis la question de l'organisation de la relation des forces économiques au centre de son travail. Cette question est divisée sur les thématiques suivantes : emploi, prospérité partagée, force des institutions et pluralisme.

Transitions mondiales - Transition énergétique équitable

L'absence d'une vision prospective du changement climatique a fait grimper les températures mondiales de 3,5 degrés. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a dans ce cadre estimé qu'il ne reste qu'une décennie pour réduire les températures ce qui rend le défi encore plus majeur. Une transition énergétique juste et équitable est le moyen de d’atteindre cette grande ambition. Les syndicats doivent dans ce cadre mener des négociations à tous les niveaux pour mettre en place des mesures de transition énergétique nécessaires pour assurer la confiance dans ces transformations, et pour assurer un développement technologique visant à atténuer les impacts du changement climatique dans toutes les industries et dans tous les secteurs. Les Objectifs de développement durable (ODD) offrent une grande opportunité pour faire progresser les objectifs majeurs du mouvement syndical. Bien qu’elle offre des solutions, la technologie est également susceptible d’impacter l’emploi et les chaînes d'approvisionnement existantes. Nous devons mieux gérer la numérisation, l'automatisation et les données pour protéger les emplois et le niveau de vie. Le plein emploi reste l’objectif du mouvement syndical et aucun compromis sur une garantie globale du travail ne peut être accepté. Les mesures de transition équitables sont essentielles pour réaliser ces transitions.

Egalité

L'égalité et la justice au travail sont une valeur syndicale fondamentale. La discrimination n'est pas seulement fondée sur le sexe, mais aussi sur la classe, la race, l'âge, l'identité de genre, le handicap, le statut d'origine, le statut d'immigrant et l'intersection de ces caractéristiques. La discrimination, ainsi que le harcèlement et la violence basée sur le genre, sont encore omniprésents dans le monde du travail. La discrimination, le harcèlement et la violence impactent grandement les avancées en matière des droits des femmes. Dans ce cadre, les organisations syndicales œuvrent à instaurer une protection globale des droits des femmes via l'autonomisation collective, la représentation équitable des femmes dans les postes syndicaux clés, la mise en place de nouvelles réglementations et l'application de celles qui existent déjà et la responsabilité permanente qui permet de mettre fin aux discriminations et aux abus.