Infos

Turquie : La politique de "expulsion forcée" des réfugiés syriens se poursuit

2019-08-13

Les autorités turques continuent d’expulser les réfugiés syriens en les renvoyant au pays qu’ils fuient à cause de la guerre et de la mort. Le gouvernement d'Erdogan en est même arrivé jusqu’à renvoyer des Syriens dans des zones qui sont encore en plein conflit.

Le média ‘Sky News Arabic’ a rapporté, en citant des réfugiés syriens expulsés, que les intéressés se font séquestrés avant d’être obligés de signer les documents de leur retour en Syrie dans des zones vivant encore sous les conflits à l’instar du gouvernorat d’Idleb.

Le discours tellement utilisé par Ankara pour servir ses intérêts a vite changé pour que les autorités turques le remplacent par la question de l’expulsion des réfugiés contre qui pèsent des affaires pénales et autres. Une version totalement démentie par les Syriens qui ont apporté leur témoignage.

Les autorités turques ont lancé, depuis plus d’un mois, des campagnes d’expulsion des réfugiés syriens soit vers leurs gouvernorats d’origine soit vers d’autres villes syriennes ce qui a provoqué de grandes critiques. Les Syriens résidant en Turquie ont été victimes ont été victimes de grandes poursuites alors que des Turques continuent d’affirmer que les réfugiés sont la raison de la crise que connait leur pays.

Selon le poste frontalier Bab al-Hawa, environ 6.000 Syriens ont reçu des ordres d’expulsion au cours des dernières semaines. De son côté, le gouvernorat d’Istanbul a fixé le 20 août comme dernier délai pour les Syriens possédant des protections temporaires de se rendre aux autres gouvernorats turcs auxquels ils ont initialement été affectés ; tous ceux qui ne respecteront pas le délai seront renvoyés aux gouvernorats par les agents du ministère de l’Intérieur.

Alors que le gouvernement turc continue d’être critiqué à cause de cette campagne, des internautes ont relayé la photo d’une enfant syrienne sur le point de monter dans un bus de transport des réfugiés. La photo a été prise en début du mois courant alors que les autorités faisaient monter à bord un groupe de réfugiés pour les renvoyer à Idleb.